C’était le 31 juillet 2003. J’ai suivi mon oncle à la ferme. J’avais sept ans. Ma mère ne voulait pas que j’aille à la ferme avec mon oncle mais j’y suis allé quand même. J’ai apprécié mon séjour à la ferme jusqu’à notre retour le soir. Comme je le faisais chaque nuit ordinaire, j’ai pris mon bain et je me suis endormi. Mais cette nuit n’était pas une nuit ordinaire. C’est une nuit qui a tout changé pour moi. Une nuit qui a mis ma vie sur un chemin différent. Nous allons nous coucher tous les soirs et pensons que le matin viendra et que le soleil se lèvera à nouveau. C’est presque automatique donc on va se coucher et ce qu’on nous souhaite c’est juste une bonne nuit et rien de plus. Mais certaines nuits sont différentes. Jusqu’à ce que le matin vienne et que le soleil se lève, quelque chose d’autre se produit. Une tragédie qui change une vie pour toujours. Vous vous en souvenez comme mouvementé, fatidique, tragique. Dans mon cas, ce fut tragique.

Personne ne sait comment c’est arrivé. Sorti de nulle part au milieu de la nuit, notre chambre a pris feu. Nous vivions dans une maison sans électricité. Nous n’avions pas de lanterne, de bougies ou même de “bobo” dans notre chambre. Il n’y avait rien qui devrait déclencher un incendie mais je me suis réveillé en n’inhalant rien d’autre que de la fumée.

Il n’y avait rien qui devrait déclencher un incendie mais je me suis réveillé en n’inhalant que de la fumée.

Il y avait du feu partout. Notre chambre était une chambre simple divisée par une barre d’écran. Je n’ai rien pu voir. J’ai fait le tour pour essayer de retrouver ma mère mais elle était introuvable. À cause de l’intensité du feu et de l’épaisseur de la fumée, je ne savais pas comment sortir. Les rideaux qui brûlaient à l’état sauvage tombèrent sur moi. Cela a causé beaucoup de dommages à ma peau et m’a même empêché de trouver mon chemin. Tout le monde avait peur de traverser le feu pour me secourir. Les hommes ne pouvaient pas braver le feu et les femmes étaient hors d’elles.

À ce jour, j’entends encore leurs voix à l’extérieur de la maison criant mon nom. je les entends crier; “Feu! Feu! Feu! Feu! Feu!!!” Ça me hante parfois, leurs cris. Les pompiers sont arrivés mais ils n’ont pas pu atteindre notre maison. Il y avait une voie ferrée entre nous. D’après ce que j’ai entendu, ils n’ont pas non plus essayé de prendre un itinéraire différent. De toutes les indications, j’allais brûler en cendres avec les choses dans la pièce.

Quand tout espoir a été perdu, j’ai entendu une voix appeler mon nom depuis l’intérieur de la pièce. C’était une voix familière. La voix de ma mère. J’étais presque inconscient. Mes forces étaient presque épuisées mais j’ai rassemblé ce qui restait en moi et j’ai répondu à son appel. Sa main m’a trouvé quelque part sur le sol et elle m’a soulevé et s’est enfuie avec moi.

LIRE AUSSI : JE N’AVAIS PAS BOUGÉ, MAIS NE SUIS PAS PRÊT À L’ACCEPTER DE RETOUR

Sans la bravoure de ma mère, j’aurais été réduit en cendres. Quand tout le monde m’a abandonné, ma mère s’est versée un baril d’eau sur elle-même, est entrée directement dans la pièce en feu et a crié mon nom. Elle a tout bravé pour moi. C’est le genre de bravoure que je veux que le monde entier connaisse. Quand le monde parle de Yaa Asantewa, ils doivent aussi parler de ma mère. Elle a fait ce que les hommes ne pouvaient pas faire.

Quand elle m’a trouvé, j’ai été brûlé à un pouce de ma vie. Ils m’ont rapidement transporté à l’hôpital. L’hôpital a fait de son mieux, mais ils ne pouvaient pas faire grand-chose, alors nous avons été référés à KATH. Ils étaient mieux équipés pour gérer mon cas et ils l’ont fait. Il y a eu une amélioration de mon état. Il y avait de l’espoir. L’un des médecins qui m’a soigné s’apprêtait à partir à l’étranger pour poursuivre ses études. Il m’a proposé de m’emmener avec lui pour que je puisse me faire opérer. Ma mère n’était pas avec moi à ce moment-là. C’était ma tante qui s’occupait de moi. Les infirmières lui ont dit : « Le médecin aura besoin du consentement de sa mère pour commencer le processus. Il vous demandera si vous êtes sa mère. Dis oui et donne ton consentement pour qu’il puisse aider ton neveu. Le médecin est venu et a parlé à ma tante : « Êtes-vous sa mère ? Je veux l’aider mais j’ai besoin de ton consentement. Ma tante a regardé le médecin et a dit: «Non, je ne le suis pas. Sa mère n’est pas là. C’était la fin. Le médecin est parti et nous ne l’avons plus jamais revu.

La vie n’était pas facile du tout. Nous avons tout perdu. La famille et les amis nous ont abandonnés. Pendant mon admission, ma mère courait de long en large à la recherche d’argent pour payer les factures d’hôpital. J’ai même entendu un membre de la famille lui dire : « Pourquoi traversez-vous tous ces ennuis pour un enfant qui n’a aucun espoir de survivre. Il suffit de le jeter et de passer à autre chose. Elle ne doit pas avoir entendu parler de l’amour inconditionnel d’une mère pour son enfant. Après avoir essayé et échoué à réunir l’argent pour les factures, elle a bougé dans le MCE du bureau de notre district avec son pasteur en remorque. Selon ma mère, le MCE les a regardés et a demandé : « Qui êtes-vous ? Comment êtes-vous entré dans mon bureau ? Ma mère est allée directement à sa table et a étalé des photos de moi sur son bureau. L’homme regarda les photos et frissonna. Il a aidé avec quelques nécessités, assez pour nous maintenir à flot pendant un certain temps.

Je suis maintenant un jeune homme de vingt-six ans. J’ai suivi quelques cours, mais lorsque j’ai postulé à des emplois, les employeurs doutent que je puisse correspondre au potentiel qu’ils recherchent

Je vis avec mes cicatrices depuis cette nuit de juillet. Je les porte en toute confiance. Ce sont mes cicatrices de bataille. J’ai survécu à l’incendie. Peu de gens ont affronté le feu et vécu pour raconter leur histoire. Ça n’a pas été facile mais je souris à travers ça. Les gens me traitent comme si j’étais un zombie. Je suis traité comme si j’étais moins une chose que tout ce que Dieu a créé. J’ai été victime de discrimination et j’ai perdu des opportunités parce que je suis une personne vivant avec un handicap. Les gens comme nous ne veulent pas cacher notre potentiel au monde, mais le monde veut nous fermer et prétendre que nous n’existons pas.

Je suis maintenant un jeune homme de vingt-six ans. J’ai suivi quelques cours, mais lorsque j’ai postulé à des emplois, les employeurs doutent que je puisse correspondre au potentiel qu’ils recherchent. Ils me regardent juste et m’écrivent. Je sais qu’ils se trompent sur moi et il y a des personnes handicapées qui ont aussi un grand potentiel.

LIRE AUSSI : QUI SAIT QUE MON PÈRE AUSSI POURRAIT ÊTRE UN FOU

Avez-vous des parents ou des amis dans ma situation ? Ne les faites pas se sentir inférieurs à vous. Cela nous fait seulement nous détester. Je me souviens d’un moment de ma vie où je détestais les miroirs. J’ai regardé à travers et j’ai vu quelque chose qui n’était pas moi. Je suis plus que mes peurs mais c’est la seule chose que le miroir me renvoie. En dehors de cela, cela m’a rappelé ce que la tragédie m’a pris. J’étais un très bel enfant et les miroirs ne me montrent que le regard que j’ai reçu du feu.

Ma mère est décédée à un moment donné. Ma superfemme. Elle s’est fatiguée. La vie l’a poussée à bout. Elle ne pouvait pas continuer à se battre alors elle a abandonné. Elle a fait de son mieux mais elle ne pouvait pas changer mon apparence et la façon dont le monde devrait me regarder. Ce n’est pas son travail. Si elle avait pu, elle l’aurait fait sans réfléchir à deux fois. Elle me manque beaucoup et je suis toujours reconnaissante pour son courage et sa bravoure. Je n’aurais pas survécu sans elle.

Je comprends que les gens viennent ici pour partager leurs histoires d’amour. Je suis venu partager une histoire d’amour différente. Une histoire d’amour d’une mère qui l’a poussée à braver la flamme qui fait rage pour son enfant. C’est aussi l’histoire de ma rencontre avec le feu et de ce qu’il m’a fait. L’amour peut toucher un cœur et le détruire, tout comme le feu a touché ma peau et l’a détruite. Dans cette veine, c’est aussi une histoire d’amour, une relation qui a mal tourné. Une relation avec le feu qui a fini par me consumer. Je me demande si ma vie s’améliorera un jour. Si la discrimination finira jamais?. Merci d’avoir lu, merci de partager

-Cosmos